Jeudi confession

14032771_1231971613482400_1788693155_nUne des affaires les plus trippante avec nos enfants, ce sont les conversations qu’on peut avoir avec eux.  Puis, y’a pratiquement rien de plus mignon que des conversation avec des p’tits.  Quand mon fils me demande si j’ai vu la mascotte, au lieu de la marmotte, je fonds.  Puis quand ils sont plus vieux, c’est impressionnant de voir leurs intérêts, leurs réflexions et tout le reste.  Alors j’adore discuter avec ma gang en voiture.

Mais.   Pas tout le temps.  Ouin.  Je me confesse, des fois, les conversations avec mes marmots me donnent envie de chanter à tue-tête pour changer le sujet.   Parce que si la plupart du temps mes enfants sont ben intéressants, ils deviennent pas mal lassants quand ils parlent de leurs obsessions du moment.

Les 32432 derniers trajets de voitures avec mon fils se sont passés comme suit.

Maman, j’ai ammené mon Pokédex.

-Super.

-Regarde ce Pokémachintruc.

-Je ne peux pas mon amour, je conduis.

-Ça c’est Bulbosaure.  On peut l’évoluer en superbulbosaure.  Pis là il a des griffes.

Malade. (Notez mon jeu de comédie pour feindre l’enthousiame).

Pis lui à côté c’est Rondoudou.  Tsé Rondoudou il lance …  Regarde,regarde, il est vraiment hot.

Je conduis, mon amour.

Ouin, pis lui, si tu l’évolues …

Heille, fiston, je pense que ta soeur aimerait vraiment ça que tu lui expliques ça.

(Parce que c’est un avantage d’avoir 323 enfants, il y en a toujours au moins un autre qui s’intéresse aux affaires plates dont j’ai moins envie d’entendre parler).

Pis après ça je monte le son de la musique.  Je chante à tue-tête.  Et je fais des plans pour faire disparaitre le fameux livre.

 

Jeudi confession

2Avoir une grande famille, ça vient avec des avantages (j’ai plein de main d’oeuvre pour faire les affaires plates comme vider le lave-vaisselle) et des inconvénients (comme aller à l’épicerie 213 fois par semaine).  Et la plupart du temps, les avantages surpassent largements les inconvénients.

Sauf 2 fois par année :  au changement de saison.  Je me confesse, l’affaire que je trouve la plus désagréable avec le fait d’avoir 4 enfants (si on exclu la-maladie-dont-je-ne-veux-pas-prononcer-le-nom) :  être obligée de faire le ménage des tiroirs pour changer les vêtements d’été pour ceux d’hiver et vice-versa.  Avec la gang, ça ressemble un peu à gravir l’Everest.  Avec 4 enfants qui se plaignent tout le long.

Parce que voyez vous, c’est pas juste d’avoir 230592 morceaux de linge étendus un peu partout dans la maison.  Ne non.  Faut aussi voir ce qui fait encore et ce qui ne fait plus.  Et apparement, essayer du linge pour mes enfants c’est l’équivalent de se faire peigner le matin :  de la torture.  C’est dans ce temps là que je rêve de déménager dans un pays chaud.  Pas pour la température clémente ou la plage, nope.  Juste pour ne plus avoir à faire la mausus de rotation des vêtements des enfants.

Jeudi confession

mercrediCette semaine c’était la traditionnelle photo d’école pour mes enfants.  Pis là, je vais vous faire une confession :  j’haïs ça les photos d’école.

Premièrement, mes enfants, malgré tous mes efforts, on toujours l’air un peu (!) figés sur les dites photos.  Je dis ça comme ça, mais demander à un enfant de sourire lorsqu’on le prend en photo, ça donne souvent un résultat , hum, étrange.

Puis, mes enfants on toujours une des affaires suivantes avant leur photo :  un cours d’éducation physique, un cours d’art plastique, une collation salissante, une récréation dans une cour d’école bouetteuse.

Il y a aussi toute la question des poux.  Vous savez LA chose que je ne veux pas voir chez nous.  Parce que à part les brosses que parfois se prêtent les enfants, y’a aussi les chapeaux de finissants.  (Ouin, ne me startez pas sur l’idée de faire des photos de graduation en 6ème année. )

Faque dans 3 semaines, je vais recevoir les épreuves de photos de mes enfants avec un “sourire” figé, des cheveux ébouriffés et une tache de yogourt sur leur robe.  Puis je vais être obligée de payer trop cher pour un paquet de photos dont je n’ai pas besoin parce que mes p’tits aiment échanger leurs faces avec celles de leurs amis.  Sauf que pour avoir 20 photos à échanger, je vais aussi avoir 5435 photos grand format, qui vont ramasser la poussière quelque part chez nous.  Mais je vais les acheter pareil, parce que qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour faire plaisir à nos enfants.

Mais je vais continuer à préférer les photos prises sur le vif, même sans sourire.

Miraculous : Les aventures de Ladybug & Chat Noir Spots on! (concours)

miraculousLe printemps dernier, mes enfants ont fait la connaissance de Marinette et d’Adrien.  Ce fût le coup de foudre, du plus petit jusqu’à la plus grande.  Et je dois dire que moi aussi j’aime bien.

Pour ceux qui ne connaissent pas , c’est l’histoire de deux enfants, Marinette et Adrien qui vivent à Paris et qui deviennent Ladybug et Chat Noir pour défendre leur ville contre les vilains.

Et le 30 août dernier, un nouveau DVD avec six épisodes est sorti dans tous les grands magasins.  Miraculous : Tales of Ladybug & Cat Noir Spots On!  Le DVD contient l’audio en français et en anglais.

Aujourd’hui je vous propose deux choses :  un concours pour gagner votre copie et un téléchargement pour faire vos propres masques des superhéros préferés de vos petits et grands.

Les masques sont ici :

catnoir-mask-activity-sheet ladybug-mask-activity-sheet

Et pour le concours, c’est simple :  Laissez moi un commentaire ici ou sur Facebook en me disant pour qui vous voudriez gagner le DVD.  Remplissez ensuite le module Rafflecopter ci-dessous.

Le concours est ouvert aux résidents du Québec âgés de 18 ans ou plus. Le concours prend fin le 18 septembre à 23h59.  Bonne chance à tous.

 

 

 

a Rafflecopter giveaway

Jeudi confession

reunionLes premiers jours de l’année scolaire sont passés.  Le retour à la routine se fait tranquillement.  Et si ce n’est pas votre première rentrée, vous savez ce qui suit :  La valse des réunions de parents.   Les réunions avec les professeurs.  L’assemblée générale de l’école.  Les réunions pour les activités.  À quatre enfants, mon mois de septembre est rempli.

Les réunions de parents, c’est pas toujours l’affaire la plus plaisante. En fait, ça m’est arrivé de revenir chez nous avec une foulure d’un oeil, à force de les rouler au lieu de faire un commentaire que je pourrais regretter.

Mais malgré ça, je me confesse, je vois venir les réunions de parents avec un grand plaisir.  Oui, oui.   Bon d’abord parce que je m’intéresse à l’école et tout et tout.  Mais surtout parce qu’à 4 enfants, les réunions sont nombreuses et que si je ne veux pas être obligée de prendre une deuxième hypothèque, on ne peut pas se payer une gardienne à chaque fois.  Je vais donc aux réunions seule, pendant que Chéri s’occupe des enfants.  Du souper.  De ramasser la vaisselle.  Des douches.  De l’heure du dodo.  Je répète :  je m’assoie sur une chaise trop petite et peu confortable pour une soirée de congé.  Tsé, une soirée où je peux aller faire pipi sans que se glisse une p’tite main sous la porte de la salle de bain.  C’est peu cher payé.  Pis même que si ça fini de bonne heure parce que tous les parents de mon village sont bien gentils, j’en profite pour aller flâner à la pharmacie, pour être certaine que je reviens dans une maison bien silencieuse.

Alors, aux profs de mes enfants qui ont décidé, cette année, de faire leurs rencontres tous le même soir, à la même heure :  bouhou!

Jeudi confession

2C’est fait, la rentrée est passée.  J’ai vu des photos sur tous les réseaux sociaux.  J’ai vu des parents qui pleuraient.  J’ai vu des parents qui étaient plus qu’heureux.  J’ai vu des parents contents que ce soit la rentrée.  J’ai vu des parents désespérés que ce soit la rentrée.  J’ai vu des parents fâchés que des parents soient contents que ce soit la rentrée.  J’ai vu des parents fâchés contre les parents qui sont fâchés à propos des parents heureux de la rentrée.  Pis j’en passe.

Moi aussi j’ai pris des photos.  Je n’ai pas versé de larmes.  Je n’ai pas sauté de joie.  Je suis comme un peu ambivalente dans mes sentiments face à la rentrée.  Mais je dois me confesser, je trouve qu’il manque quelque chose à cette période là :  une rentrée progressive.   Tsé, comme à la maternelle, où l’école est commencée, mais pas tous les matins, pis que c’est ben relax.  Parce que pour moi, passer de zéro-routine-grasse-matinée-pas-de-cadran-on-mange-n’importe-quand à je-dois-me-lever-à-6-heures-dîner-trop-tôt-faire-des-leçons-pis-courir-en-soirée  c’est pas mal difficile.  La première journée, j’avais envie de me rouler en boule dans mon lit et de faire une sieste tout l’après-midi.  Histoire vraie : j’étais ben fière parce que j’avais réussi à ne pas être en retard ET à faire les litières.  Pis rien d’autre.

Je sais, vous allez me dire :  fais toi en une rentrée progressive.  Je sais.  Je me dis la même chose à chaque année :  les deux dernières semaines avant la rentrée, je vais me coucher tôt, me lever de bonne heure pis toute pis toute.  Pis chaque matin je me dis : c’est les dernières journées de vacances faut en profiter.  Faque pour une semaine ou deux, je vais avoir l’air d’un zombie.  Pis je vais me remettre dedans …  et compter les jours jusqu’aux vacances des fêtes!

Dessert (de fin) d’été

bluedragonMalgré tout mon déni, l’été tire à sa fin.  On est à faire nos derniers pique-nique.  Faut en profiter jusqu’à la fin, desserts inclus.  J’ai donc préparé des trucs pour faire plaisir aux enfants cette semaine … qui se préparaient très rapidement parce que j’avais aussi une rentrée à gérer.

Le premier : rouleaux de fruits.

C’est vraiment simple.  Vous connaissez les rouleaux de printemps?  Bien c’est la même chose, mais avec des fruits … et du chocolat.

Vous aurez besoin de :

Galettes pour rouleaux de printemps Blue Dragon

-Petits fruits à votre choix (j’ai utilisé des bleuets, des mûres et des framboises.  Bref, ce qui restait dans ma cour!)

– Mini pépites de chocolat

– Trempette de chocolat (une tartinade fondue)

 

Vous faites tremper les galettes de riz dans l’eau chaude pour environ 10 secondes.  Mettez les fruits et les pépites au milieu.  Roulez.

Vous les servez aux enfants avec la trempette et les regardez les dévorer en 3 secondes.  J’étais décue de mes rouleaux, parce qu’ils n’étaient pas très beaux, mais comme on a à peine eu le temps de les regarder avant que les enfants m’en réclament d’autres, finalement c’était pas très grave hé! hé!

 

33

Pour mon deuxième dessert je voulais faire un yogourt glacé à la mangue.  Mais comme j’ai été un peu trop vite, il n’était pas glacé, juste ben froid ha! ha!

Pour faire le yogourt glacé, vous aurez besoin de :

4 cubes congelé de Chutney doux à la mangue de Patak’s

3 tasses de yogourt nature.

Mettez les cubes et le yogourt dans un robot culinaire.  Réduire en purée.  Servir aux enfants.

J’ai voulu le mettre au congélateur parce qu’il n’était pas assez gelé, mais mon fils l’a mangé avant.  Vous pouvez le faire si vous ne voulez pas faire congeler le chutney auparavant.

Pour d’autres idées vous pouvez aimer la page Facebook de Patak’s et les suivre sur Twitter  , ainsi que celle de Blue Dragon.

 Décharge : Je  fais  partie  du  programme  des  ambassadeurs  de  Cuisine  du  monde  en  partenariat  avec  Patak’s Canada  et Blue  Dragon  Canada et  j’en  retire  des  avantage.  Les  opinions exprimées sur  ce  blog sont  mes  propres.

Des trucs pour une rentrée simplifiée

1

La rentrée. Si elle est source de bonheur pour mes enfants (oui, oui, tout l’été ils ont compté les jours jusqu’au retour en classe), c’est une source de stress pour moi. À quatre enfants, jongler avec les horaires, les devoirs, l’heure du souper, les activités et tout le reste, ça occupe un peu … pas mal, beaucoup.

C’est pour ça qu’avec les années, on prend des trucs. La première année, c’était plutôt chaotique. Là, je garde un peu plus le contrôle. Ce qui m’aide :

  • Avoir sous la main des collations “dépanneur” : des collations que j’ai seulement à mettre dans la boite à lunch sans aucune préparation. Pour les matins pressés ou plus difficiles, ça me sauve la vie.
  • Choisir les vêtements la veille. Ça m’évite beaucoup d’obstinage le matin.
  • Faire les devoirs au retour de l’école.
  • Avant de faire les devoirs, s’assurer que tout le monde a mangé, bu et fait pipi parce que toutes les raisons sont bonnes pour se lever.
  • Je n’annonce jamais d’avance ce qu’on mange pour souper, ça évite le chialage et ça préserve ma patience.
  • Je mets les enfants au lit assez tôt pour pouvoir écouter Netflix (C’est une excellente façon de relaxer et de penser à autre chose que la routine du lendemain!).

 

2

Et là, je dois avoir beaucoup, beaucoup de collations à la maison. Parce qu’on en a besoin pour l’école et aussi pour le retour à la maison, avant les devoirs. Ce qui aide à éviter le chialage, c’est la variété et la nouveauté. Mes enfants adorent essayer de nouvelles choses. C’est pourquoi que j’ai tout de suite accepté de tester les nouveaux iÖGO nanö. Je suis allée à l’épicerie avec mes petits et je les ai laissé choisir. Ils ont opté pour l’emballage de fromage frais en pot saveurs pêche-carotte banane-courge et bleuet-betterave. Quand je vous ai dit que mes enfants adoraient essayer de nouvelles choses, je ne mentais pas! Verdict : “C’est vraiment bon! Est-ce qu’on peut en prendre un autre? Vas-tu en acheter pour l’école. J’en veux encore.

yo

Mère cool que je suis, je leur ai dit de ne pas s’inquiéter, que j’en achèterais assurément d’autre. Parce qu’on ne va pas se le cacher, c’est une collation parfaite pour les parents occupés, et dans un format pratique.

3

Puis les pots de fromage frais ne sont pas les seuls produits iÖGO nanö qui vont se trouver dans mon réfrigérateur pour cette année scolaire. Les yogourts sont également disponibles en format pochette, en tube et en bouteille anti-dégât. Je réserve les pochettes et les bouteilles pour la boite à lunch à l’école tandis que les tubes sont congelés et font un rafraichissement parfait pour les petits qui ont chaud.

Si vous allez à l’épicerie vous les repèrerez facilement avec leur nouvel emballage. Ils sont disponibles un peu partout et ils sont offerts avec de nouvelles saveurs avec les legumes! Vous pouvez voir la gamme complète des produits et obtenir plus d’informations ICI

 

Décharge : Bien que ce témoignage soit généreusement commandité par « iÖGO  », les opinions et le langage qu’il contient sont les miens, et ils ne reflètent d’aucune façon « iÖGO».  

 

Jeudi confession

1Quand on devient parent, on se rend compte rapidement que la perfection n’est pas de ce monde.  On a chacun nos forces, et surtout nos faiblesses.  Et c’est bien de pouvoir les reconnaitre.

Faque, je me confesse, moi je suis la mère qui n’apprend pas de ses erreurs.  Ouin.

Cette semaine, j’ai été acheter des fournitures scolaire. Punky m’a demandé de les garder avec elle.  Le soir même, pu de traces des fournitures en question.   La dernière fois que je lui avais laissé un sac de fourniture scolaire dans l’auto, elle avait décidé d’essayer ses nouveaux ciseaux sur ses cheveux et de se faire un magnifique toupet.

C’est aussi moi qui sert encore du riz aux enfants après avoir lavé le plancher.

Ça m’arrive encore de partir en voiture sans envoyer les enfants à la salle de bain.

Parfois, je laisse les enfants faire du bricolage sans jeter un oeil régulièrement.

Des fois, au lieu d’aller vérifier le silence suspect, j’en profite pour relaxer.

Même après 5 ans, j’attends encore la dernière semaine avant la rentrée pour faire essayer les souliers des enfants.

Pis j’en passe.  Coudonc, ça l’air que même après 4 enfants, on ne se dompte pas!

 

 

Jeudi confession

2  Cette nuit je pars, avec ma mère et ma soeur, pour 3 jours.  Sans chum, sans enfants.

Et là, je dois me confesser, chaque fois que quelqu’un me dit “Ahhhh, ton chum garde les enfants?”  le poil me dresse sur les bras.  Pis je fais un peu d’urticaire.  Et les yeux me roulent tout seul.

C’est pas de ma faute, ça m’horripile. Parce que, mon chum, c’est un parent à part entière, pas un espèce de substitut quand je ne suis pas là.

Je pars sans lui laisser de liste de trucs à faire, d’horaire à respecter ou de menu planifié.  Je pars sans même rien préparer.  Il va se débrouiller, tout seul.  Pis oui, peut-être que mes enfants vont être drôlement peignés (que voulez vous ce n’est pas sa force) mais je suis certaine que je vais trouver la maison plus propre qu’à mon départ.

Faque je pars, sans inquiétude, pis je laisse mon chum avec ses enfants.  Tout en sachant que lorsqu’il va aller à l’épicerie ou au parc avec toute la gang, il va avoir droit à des regards admiratifs pis toute la patente.   Et je vais rouler un peu des yeux encore une fois.